Censure et Cinéma

Publié le par festival.cine-droit.over-blog.com

 

Thème de la seconde édition du festival Ciné-Droit en 2010, la censure continue de faire parler d'elle, de la Rochelle à Paris. Deux manifestations à ne pas manquer :

 

Tout d'abord, une soirée débat sur le thème Cinéma et Censure avec Yves Boisset, parmi les réalisateurs français les plus censurés, président de l'édition 2010 du festival Ciné-Droit.

La soirée se déroule à la librairie Tropiques le VENDREDI 15 JUIN, dans le 14ème arrondissement de Paris.

site internet : http://librairietropiques.free.fr/

blog : http://www.librairie-tropiques.fr/

 

 

boisset-pm.jpg

 

 

 

Ensuite, les Vèmes rencontres Droit et Cinéma de la Rochelle se dérouleront 29 et 30 Juin prochain sous le thème... Censure et Cinéma!

Programme!

 

Ce colloque permettra d'aborder tous les aspects de la censure (politique, juridique, économique et l'auto-censure) que connaît le 7ème art depuis ses origines et dans plusieurs cinématographies nationales.

Il comprendra des interventions d'historiens, de juristes, de littéraires et de spécialistes de cinéma.

 

Censure-et-cinema.jpg

 

Ce colloque vise, par une approche interdisciplinaire (historique, juridique, économique, littéraire et cinématographique) à analyser la censure, dont les formes sont multiples.

Si la censure consiste, la plupart du temps, en une intervention étatique dans le champ de la production culturelle, elle peut cependant être exercée, suivant les époques et les pays, sous l’influence d’un parti politique, de groupes religieux, de l’industrie cinématographique elle-même ou du marché.

Le colloque envisagé a une dimension plurielle. Il a ainsi pour ambition de retracer l’historique des censures, celles-ci étant concomitantes à la naissance du cinéma, et de dessiner les contours juridiques, économiques et esthétiques des processus de censure dans les cinématographies nationales.

Si les modalités de censure varient d’une époque ou d’un continent à l’autre, les motifs d’ire pour les censeurs semblent souvent identiques : les institution, la religion, la violence (physique ou verbale) et le sexe, cet ensemble traduisant l’ordre moral et politique dominant d’une société donnée. Quelles attitudes adoptent les scénaristes, réalisateurs, producteurs et distributeurs des films objet de polémiques ? Participent-ils de cette entreprise de censure, en acceptant que quelques dialogues soient réécrits, quelques scènes coupées, refusant la projection d’un film sur un territoire ou révélant une inventivité artistique, afin d’en contourner les interdits ?

 

Publié dans édition 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article